Médecine de la Raison

une médecine raisonnée et raisonnable

La mémoire de l’eau

♦  La revue Nature a publié le 30/08/1988 un article du Dr BENVENISTE (Chercheur de l’INSERM) tendant à prouver que des dilutions d’ IgG anti IgE 30CH sont capables de provoquer une dégranulation des basophiles humains, alors qu’il est prouvé qu’il n’y a plus aucune molécule d’ IgG anti IgE dans la solution employée, et le phénomène ne survenant que lorsque les dilutions successives sont vigoureusement agitées (comme lors de la préparation des remèdes homéopathiques) : cela suggère que l’information biologique spécifique pourrait être reliée à une organisation moléculaire de l’eau. (Transcrit par les Médias sous le vocable de : “Mémoire de l’Eau”)

♦  Les résultats obtenus par le Dr BENVENISTE , ont été rejetés en bloc par la communauté scientifique, tout simplement parce que ces résultats remettaient en question une grande partie de l’action essentiellement pharmacologique des substances dites actives.

♦  De nombreux scientifiques font pourtant des recherches sur diverses substances en hautes dilutions. Le premier congrès international sur les Très hautes dilutions (International Congress on Ultra Low Doses) s’est tenu à Bordeaux en septembre 1990, rassemblant des chercheurs de disciplines différentes, provenant du monde entier (Pharmacologie expérimentale, Pharmacologie clinique, toxicologie, biologie cellulaire, biophysique …). Le docteur Benveniste n’est donc pas un chercheur isolé farfelu, mais ses recherches s’inscrivait déjà dans les études sur les ultra hautes dilutions.

♦  Madame le Pr ENNIS, entreprit alors, dans les années 2000, avec le concours de 4 laboratoires indépendants répartis dans plusieurs pays européens, une expérimentation ressemblant beaucoup à celle du Dr BENVENISTE, pour démontrer que celui-ci avait tort. Malgré des critères extrêmement sévères retenus pour l’élaboration du protocole d’expérimentation, les 4 laboratoires n’ont fait que retrouver des résultats semblables à ceux obtenus par BENVENISTE 12 ans auparavant. Et le Pr ENNIS de conclure en 2004 : “ Malgré  les réserves que j’ai contre la science de l’homéopathie, les résultats m’obligent à  mettre de côté mon incrédulité, et à commencer à chercher une explication rationnelle à nos découvertes “.

♦  Le Pr MONTAGNIER (prix Nobel de médecine en 2008) poursuit des recherches sur le virus du SIDA, mais également sur la mémoire de l’eau, avec des résultats probants. Malheureusement, il va continuer ses expériences en Chine.

Les nombreuses recherches en Homéopathie, s’orientent également vers un fonctionnement de l’Homéopathie par l’intermédiaire d’ondes électro-magnétiques.